La Coalition Le Congo n’est pas à Vendre, une structure qui regroupe des ONG de la société civile dont Agir pour les élections transparentes et apaisées (AETA), Office de dépenses publiques (ODEP) et le Réseau d’éducation civique au Congo (RECIC) demandent au chef de l’Etat de matérialiser ses promesses faites publiquement sur la lutte contre la Corruption.

Cette demande a été formulée par cette coalition au cours d’un point de presse organisé ce lundi 9 décembre à l’occasion de la célébration de la journée internationale de lutte contre la corruption.

« Il y a des cas de corruption qui ont été dénoncées. Je prends l’exemple de cas de corruption lors des élections sénatoriales. Jusqu’aujourd’hui, nous tendons vers une année, rien n’a été fait. La question des 15 millions, il avait lui-même dit que cette est en train d’être étudiée en justice, et qu’une enquête a été ouverte. Mais jusqu’aujourd’hui, on n’en parle pas. En un mois, le ministère public peut ouvrir une enquête mais nous avons l’impression que ça risque d’être une lettre morte », a fait remarquer Michel Mvondo, coordonnateur du RECIC.

Il poursuit :

« Il y a encore tant d’autres initiatives prises, notamment la matérialisation de l’agence de la lutte contre la corruption. Jusque-là rien n’a été fait.  Voilà pourquoi nous l’interpellons qu’il a pris des engagements devant des milliers de congolais qui sont en train de souffrir par rapport à cette question de corruption ».